easygo.tn
easygo.tn easygo.tn
Accueil > Le magazine automobile en Tunisie > News > Essai Maserati Quattroporte Diesel

Le MAG'

News

Essai Maserati Quattroporte Diesel

Essai Maserati Quattroporte Diesel

Maserati c’est cent ans d’histoire, des victoires en championnat du monde de Formule 1 avec Juan Manuel Fangio, des GT élevées au rang de mythe et aujourd’hui, une limousine carburant au mazout. Le constructeur de divas Italiennes passe donc du côté obscur de la carburation pour conquérir un marché principalement friand de limousines teutonnes.

Maserati a de l’ambition !
Le passage au diesel de sa célèbre limousine Quattroporte est le fruit des têtes pensantes qui veulent bousculer les traditions pour faire passer la marque de fabriquant de voitures d’exception à celui de constructeur premium. Pour arriver à leurs fins, les ingénieurs n’avaient pas le choix. Il fallait passer au diesel !

Mais pas n’importe lequel...
Il s’agit d’un V6 injection directe turbo de 3 litres de cylindrée. Il offre une cavalerie de 275 chevaux et 600 Nm de couple. Il est associé à une boite automatique à commande séquentielle de 8 rapports (même base que BMW) qui fait passer la puissance des pur-sang aux seules roues arrière. La Quattroporte Diesel s’acquitte du 0 à 100 km/h en 6,4 secondes seulement, tandis que l’aiguille du compteur de vitesse se stoppera à 250 km/h à cause d’un limiteur électronique de vitesse.

Dans les faits !
Le constructeur nous a proposé un essai sur un parcours routier dans les environs de Vérone. Après 2 heures de virages qui s’enchaînent sans interruption, quelques lignes droites, des cuvettes, le tout à des vitesses déraisonnables … je peux vous le dire de suite, cette Masette Diesel procure des performances qui font honneur au trident ! Le V6 turbocompressé souffle avec force dés 1.500 tr/min jusqu’aux limites de la zone rouge. L’équilibre routier met valeur une direction précise, un amortissement typé sport qui contient les mouvements de caisse mais oublie le confort des passagers même à un rythme normal. Le second bémol sera la gestion de la boîte automatique qui pêche en mode sport. Elle s’obstine à monter dans les hauts régimes au lieu de jouer du couple gigantesque du V6. Pour passer les rapports vous avez le choix entre des magnifiques palettes en aluminium derrière le volant et un levier qui se manie dans le bon sens : tirer pour grimper de rapport.

Ténor ou soprano ?
Lorsque l’on évoque Maserati, on pense de suite à de mélodieux V8. Les motoristes italiens ont eu la tâche difficile pour ne pas déroger à la tradition. Pourtant, ils l’ont fait ! Grâce à deux caves sonores placées juste avant la double sortie d’échappement, le V6 Diesel distille une sonorité rauque lorsque le conducteur appuie sur le bouton sport. La Quattroporte passe ainsi du claquement du diesel au feulement d’un V6. Les passants apprécieront ! Un autre univers

En ouvrant les portières sans encadrement de la Quattroporte, les passagers deviennent vite conscients de l’exclusivité de la diva. Face aux cockpits sombres et technologiques de la concurrence allemande, cette Maserati propose un habitacle distingué avec de multiples petites attentions comme : les tridents gaufrés dans les appuie-têtes, les inserts de bois véritables ou bien l’horloge baroque trônant en plein centre du tableau de bord. La seule fausse note de cette Maserati sera son système multimédia à la présentation un brin démodée.

Faite pour déclencher l’émotion…
Une Maserati, c’est avant tout une gueule d’amour. La Quattroporte ne déroge pas à la règle ! Tout commence par la face avant qui reçoit une calandre béante flanquée d’un trident. Encadrant celle-ci, les optiques fuselées à LEDs sont taillées de telle sorte que l’engin semble vouloir se jeter sur vous tel un fauve sauvage. De profil, on remarque de suite les branchies placées derrière les roues de 19 pouces et surtout le long capot moteur qui pousse les lignes de l’habitacle vers la poupe. Cette dernière reçoit des feux horizontaux finement dessinés et laisse place dans la partie inférieure à quatre sorties d’échappements. Bref … la Quattoporte est diablement réussie !

Un choix presque raisonnable
Avec sa Quattroporte Diesel, Maserati propose une alternative, pleine de caractère, aux reines allemandes de la catégorie (Mercedes Classe S, Bmw Série 7 et Audi A8). Avec son V6 Diesel, la limousine offre des consommations raisonnables, avec une moyenne de 9,2 litres aux 100 km. Le tout sans trop renier ses origines grâce aux …. qui produisent un grondement proche du V8 maison. Certes ce n’est pas la plus confortable, ni la plus moderne, mais personne ne peu lui enlever le titre de reine de beauté de la catégorie.

Bien vu :
- Rouler différent
- Tarif compétitif
- Performances / tenue de route

A revoir :
- Confort trop ferme
- Maintien des sièges inexistant
- Boîte de vitesses

D'après communiqué

Auteur : M.A    eMail : makrem@easygo.tn
Journaliste polyvalent, M.A s’est spécialisé depuis 3 ans dans l’actualité automobile : couverture d’événements, news, essais de nouveaux modèles, articles et enquêtes.
Découvrez des articles similaires